THE BAND

Trio Loubelya

Néo-Trad


Marie CONSTANT (accordéon diatonique)
 
Rolland MARTINEZ (contrebasse, clarinette)

Florent LALET (saxophones)

Le trio Loubelya c'est un harmonieux cocktail de compositions originales, une touche d'émotion, un zeste d'humour et une belle complicité pour un bal "trad'actuel" énergique et intimiste alliant avec finesse le souffle subtil de l'accordéon, le timbre enivrant du saxophone, la clarinette délirante et la profondeur envoutante de la contrebasse.

 

Un irrésistible appel à la danse!

(Néo)trad-jazz-musique-du-monde. Telle serait une proposition si l'on devait classer la musique de ce trio.

Fit des étiquettes, des néologismes barbares qui tendent à compartimenter la musique, le trio Loubelya, lui, a pris le parti de la vivre pleinement.
Cet album leur ressemble: à la fois intimiste et éloquent, virtuose et populaire. Émouvant. Tout comme la complicité qui s'est tissée entre ses membres, de bals en bals sur les routes d'Europe. Mazurkas, bourrées, ou cercles circassiens s'esquissent avec pour fond, le charme bucolique des parcs de Lisbonne, les paysages de l'Italie du Sud , la magie de Venise ,la force des volcans des Açores ou la chaleur des troquets d'Arnaud Bernard à Toulouse.
La respiration sublimée de l'accordéon vient abriter un terrain de jeu où clarinette et saxophone, tantôt subtiles, tantôt espiègles, défient la ronde profondeur de la contrebasse.

Trois personnalités fortes, pour sûr, celles de Marie Constant, Florent Lalet et Rolland Martinez qui ici se fondent jusqu'à en former une quatrième: le Trio Loubelya.
Loubelya, ça veut dire vivant.

____________

Si j'étais fumeur, Loubelya serait un havane moelleux bécoté dans la tiédeur d'un soir cubain, face aux bronzes d'un crépuscule à flamants roses...Si j'étais naturaliste aux aguets, ce serait la vision d'un lynx maraudant à pas de feutre dans un champ de coton laissé à l'abandon, feulant de contentement dans la ouate plucheuse truffée de bêtes à plumes appétissantes...Si j'étais fourmi rêveuse sur un bouton floral, ce serait une sonate de papillon, tout en silence, en zéphyrs humectés et en gloussements délicats... Loubelya, épris Nobel de musique sensuelle.